Notre
histoire

Portrait réalisé par Fernand D.

Le Pivot est né en 1971. Henri Clark, le fondateur de l’association, est allé à la rencontre des familles du quart-monde en vivant dans une roulotte près du canal à Bruxelles. Il a été interpellé par la force des gens et par leur volonté à s’en sortir alors que la misère semble avoir tout détruit. Accompagné d’amis, il a ensuite animé une bibliothèque de rue et a proposé des jeux de plein air aux enfants. Ensuite, un local situé à Etterbeek a accueilli des ateliers créatifs pour enfants.

Les adultes, eux, ont demandé des cours de base pour (ré-)apprendre à lire et à écrire et d’autres projets ont vu le jour: le champ (projet agricole), soutien juridique aux familles, création d’un journal trimestriel (le journal « Debout ») réalisé par les familles, le travail familial, le magasin, le Samedi du Lien, l’ouverture vers le monde politique (membre des partenaires du Rapport Général contre la Pauvreté). Nombre de ces projets ont perduré jusqu’à aujourd’hui, d’autres encore se sont développés récemment. Les actions menées avec les familles sont en perpétuelle évolution et s’adaptent aux besoins et aux réalités du moment.

Le fondateur, Henri Clark, est décédé en juillet 2013 mais l’asbl poursuit son action dans le même esprit.

Notre
philosophie

Le projet du Pivot vise à ce que les personnes et les familles qui connaissent l’expérience de la honte et de la misère au quotidien vivent dans la dignité. Il s’agit d’un projet de lutte contre la grande pauvreté. Par le biais de l’expression et de la créativité, nous souhaitons rejoindre les familles que personne ne rejoint pour leur proposer des projets de réussite dans lesquels elles sont pleinement « ACTRICES ». Les familles se remettent alors debout car elles se sentent capables et sont fières d’elles. Les personnes se mettent ensemble, se rassemblent pour être plus fortes.

Quelques témoignages
de familles

« Je vois qu’il y a des gens qui s’intéressent aux autres et cela, c’est important pour moi. L’importance que nous avons les uns pour les autres… »

« Au Pivot, t’es apprécié pour ce que tu vaux, pas en fonction des étiquettes qui te collent à la peau; c’est un tremplin… »

« Nous aimerions que nos enfants aient une meilleure vie que la nôtre… »

« Le Pivot n’est pas une boîte magique qui résout les problèmes; c’est un endroit où on se met ensemble pour s’en tirer… »

« C’est une philosophie, un regard, des objectifs. Lutter contre l’exclusion des familles défavorisées en leur permettant de découvrir tout ce qu’elles ont de positif mais qui reste caché par le regard condescendant que leur jette la société…»